Hello !

Étape 2 de notre passage à Bergen et aujourd’hui je vous emmène faire une rando de 11h… Et là vous vous dites “mais ça va pas la tête ! 11 heures ?!” Croyez-moi j’adore les randos, mais si j’avais su que celle-ci durerait si longtemps j’y serais allé à dos de chameau ! Allez, vous me suivez quand même ? Attachez vos lacets, préparez l’Ovomaltine et 3 litres d’eau… Let’s go !

 

Pour notre deuxième jour dans la région de Bergen on avait prévu la rando Vidden au départ du funiculaire de Fløyen et une arrivée à Ulriken, histoire de profiter un maximum de ces paysages de dingues ! On fait confiance à la nana de l’office du tourisme qui nous assure que la rando n’est pas trop difficile “oui oui, tout ça c’est tout plat” et nous voilà parties à l’assaut de la montagne, pour une grande boucle de 18km en pleine nature (on avait vu dans un guide 5-6h), sous un ciel bleu toute la journée.

La première ascension est simple, on avance sur un chemin bien balisé, et la vue est déjà prometteuse. On voit Bergen d’en haut, entourée de montagne, puis petit à petit la ville disparait derrière les forêts épaisses. On avance à l’ombre, il fait frais.

La suite de la rando est sans encombres. On marche, on s’arrête à deux trois spots sympas, on fait des vidéos, on papote, on papote jusqu’à ce premier lac qui nous cloue le bec ! Sorti de nulle part, il apparait sous nos yeux, calme, limpide et d’un bleu profond ! Juste Wahou… La Norvège dans toute sa grandeur qui révèle encore une petite partie d’elle. J’en veux encore ! Ça tombe bien puisque tout au long de la rando on passera devant une dizaine de lacs, plus ou moins grands, mais toujours aussi magiques nichés en haut des montagnes avec en toile de fond les sommets enneigés…

On a du dire 1 000 fois “comme c’est beauuuuu”

.

À mi-parcours le chemin se corse un peu, avec des côtes un peu raides et des rochers glissants. Le souffle se fait de plus en plus court mais quel plaisir d’être ici. Il nous reste du chemin mais on est blasées boostées de voir que les Norvégiens que l’on croise, eux, font leur footing ici !! Les nanas, les mecs et même les enfants, tout le monde vient courir dans les montagnes, comme des petits bouquetins frétillants. Impressionnant.

Rando des 4 montagnes

Après avoir escaladé un mur (qu’un Norvégien au p’tit cul à franchi en courant devant nous…), on retrouve un peu de courage pour affronter la deuxième partie de la rando : Vidden, le plateau, qui comme son nom l’indique est tout plat, facile selon la p’tite jeune de l’office du tourisme. C’est là que l’on se rend compte que les Norvégiens sont des Vikings ! Ils n’ont décidément pas les mêmes notions de difficulté qu’en France ^^ Le chemin s’avère quand même difficile, avec par endroits des murs à grimper, des pentes à monter et descendre, mettant mes genoux à rude épreuve.

Mais les lacs qu’on longe nous aèrent l’esprit, les points de vue sont à couper le souffle. Au loin, on voit Bergen toute petite petite, la mer, de l’autre côté des sommets à perte de vue.

.

On profite de chaque instant, on ouvre grand les mirettes pour se souvenir longtemps de ces paysages. 

.

.

.

Le dos commence à râler… Sur la carte, notre point d’arrivée, le téléphérique d’Ulriken, se rapproche un peu. Mais quand on regarde l’horizon, il nous parait encore loin. On s’arrête souvent pour s’assoir prendre des photos, admirer le paysage et vérifier que l’on est sur le bon chemin. Au bout de 8heures et après une dernière montée, arrive enfin au téléphérique. On rempli nos bouteilles d’eau, et plutôt que de redescendre tranquillou par le téléphérique (comme tout le monde donc), on décide de finir à pied : le chemin qui descend en ville est balisé en bleu, celui que l’on vient de faire était rouge, ça devrait être easy… 

GROSSE ERREUR ! Une pente raide en forêt, un chemin étroit, des rochers, de la gadoue… ajouté aux courbatures de la journée, ça fait beaucoup. Je vois les jambes de Camille devant moi qui tremblent, j’ai peur qu’elle se pète les genoux. Deux heures plus tard la descente est terminée mais on doit encore rentrer jusqu’à notre logement dans le centre de Bergen. Il y’a pourtant des bus, mais on préfère ne pas l’attendre et rentrer… à pieds ! Et c’était vraiment une idée stupide ! ;D

1 heure plus tard on était enfin arrivées, rouges comme des betteraves (très très rouges donc) pour repartir aussitôt en boitant pour notre deuxième AirB&B chez l’adorable Rosie. En gros, la rando la plus longue, mais aussi une des plus belles jamais faites jusque là !

.

STAY TUNED !
Dans l’article suivant, je vous emmène dans les îles au nord de Bergen, flâner dans les petits ports de pêches. Mais en attendant vous pouvez retrouver notre première étape en Norvège ici :