Je continue ma petite série d’escales iodées par ici ! Si nos dernières escapades racontées par ici remontaient à 2019, celle-ci est plus récente. Mai 2020, je réservais un week-end à la mer à la fin du confinement, quand nous avions le droit de ne partir qu’à 100km de chez nous. Un petit tour sur Airbnb et je n’ai pas hésité longtemps lorsque je suis tombée sur le gîte de Cécile et Johan. À 10 minutes à pieds de la mer dans un cadre tout vert : c’était parfait pour s’échapper à la campagne après ces 3 mois passés en ville.

 

On prend la voiture pour 1h30, et c’est parti, direction Équihen-Plage pour le week-end. Équihen, c’est cette petite ville de bord de mer, nichée entre la grande Boulogne-sur-Mer et Hardelot, une station plus touristique de la côte d’Opale. En descendant encore le long de la côte, on arrive autour des plages de Camiers et du Touquet, en remontant on est à Wimereux, Ambleuteuse, Audresselles, puis les caps Gris Nez et Blanc Nez. Ces côtes sur lesquelles nous avions déjà l’habitude d’aller nous promener. Mais tout ce temps, nous étions pourtant passés à côté d’Équihen-Plage sans s’y arrêter. Sans même la voir. Elle est un peu “l’oubliée de la Côte d’Opale” nous dit Johan, et c’est tant mieux, c’est tout ce que l’on était venus chercher : le calme, la mer… personne autour de nous ! Je suis bien contente d’avoir pu la découvrir ce week-end de juin, à l’abri du monde.


Équihen c’est tout ce que j’aime : des longues plage de sable à marrée basse et des côtes sauvages, déchirées. Une côte très vallonnée, des rochers à nu, sombres, des fleurs des champs, des prairies… La ville n’est pas très belle, car détruite et reconstruite après guerre, il ne reste pas beaucoup de jolies maisons. Mais qu’importe, on était venus profiter de la vue sur le large, pas des terrasses. De toutes façons, Covid…


 

Dormir au Gîte de la Courtille

Après les 2h de route sous la pluie, nous arrivons au gîte de la Courtille où une bonne baguette viennoise maison encore tiède et des radis du jardin nous attendaient. Cécile et Johan ont embarqué leur petite famille il y’a un peu plus de deux ans pour changer de vie et venir s’installer en bord de mer. Ils ont retapé un petit gîte pour accueillir des voyageurs et un deuxième est déjà en travaux. J’ai adoré écouter Johan nous raconter l’histoire de ce lieu avec passion. Un grand verger rempli de cerisiers, de pommiers et d’arbres fruitiers, un potager un peu abrité sous les arbres, une petite porte en fer forgé rouillé au bout du jardin pour aller voir les chevaux dans le près, un poulailler… l’endroit parfait pour changer d’air et recharger les batteries. Luce a réclamé les “pou” tout le week-end, a fait la grimace en croquant une cerise pas mûre à même la branche et ne voulait plus quitter les chevaux ^^



Randonner sur le sentier du littoral

En arrivant le vendredi, nous avons découvert la plage principale sous le ciel gris, entre les gouttes. Le ciel gris et le mauvais temps n’ont gâché en rien nos retrouvailles avec la mer, bien au contraire. C’était un régal d’avoir la plage rien que pour nous, sans une ombre (ou presque) à l’horizon : le bruit des vagues et les cris de joie de notre louloute. Le lendemain, nous avons enfin pu enfiler nos chaussures de rando pour partir sur le sentier du littoral, cap vers le Nord sur le sentier du littoral, vers Le Portel, pour s’arrêter en chemin sur une petite plage préservée où nous avons croisé surtout des mouettes. En mauvais parents, n’ayant rien prévu à manger, nous avons dû faire demi-tour rapidement pour le repas du midi, mais cette belle balade avec la vue sur les côtes anglaises au loin nous a fait un bien fou !


 

Les nuages se sont fait menaçants à notre arrivée sur la plage, mais quelques minutes après, tout avait disparu pour laisser le soleil donner ses éclats à la mer.

 

Après ces longues semaines à tourner en rond, on apprécie encore plus le bonheur de pouvoir partir à la mer en si peu de temps et de se remplir les poumons & les souvenirs de ce paysage iodé… C’était magique de pouvoir lui offrir ça, de la voir si contente de patouiller le sable et courir dans les vagues. Un bonheur de se débarrasser de toutes ces tensions accumulées dans nos corps, de vider notre tête de toutes ces nouvelles sombres, de souffler un bon coup, comme pour repartir de plus belle en rechargeant nos batteries pour les semaines à venir…


Bref, Équihen c’était cette belle surprise qui tombait au bon moment. Cette parenthèse tant attendue pour notre petite famille. C’était un beau week-end ♡